Pourquoi la SUP n’est pas innocente

Le bon lien vers la préfecture, pour s’exprimer : Cliquez ici

La bande de Servitudes d’Utilité Publique, ou SUP déborde largement sur l’APPB, (Arrêté Préfectoral de Protection du Biotop), et sur des terres agricoles. Elle mesure 200 mètres de large et entoure virtuellement la montagne de déchets. Si la loi impose  une SUP, ce n’est pas pour faire joli mais parce qu’une ISDND produit des nuisances, si, si ! Pas de clôtures. Elle traverse la route D133, envahit les vignes et lavandes du plateau des Chirouzes au Sud, recouvre une partie du bois des Mattes et de l’APPB. Par ailleurs, l’avis d’enquête publique dit ceci :

 

Ce texte officiel admet donc que les nuisances d’une ISDND débordent de son aire délimitée d’exploitation. Le projet d’arrêté est en annexe 1 de l’avis d’Ouverture d’Enquête Publique, ICI

C’est clair que ce n’est pas clair. Gageons que la zone agricole concernée, à la pointe Nord du plateau des Chirouzes est menacée. Mais comme l’étude d’impact dit qu’il n’y a pas d’impact … mais qu’il y a une SUP …

Il est difficile de faire mieux que d’évaluer « à la louche » l’emprise de la SUP sur l’APPB, soit une dizaine d’hectares. Le biotop est prié d’aller se faire protéger ailleurs, sachant que l’étude d’impact Coved n’évalue jamais cette zone comme sujette à impact … ??? Effet de la présence infranchissable du grillage ? Les vignerons, accessoirement producteurs de lavande, s’ils veulent survivre, devront affirmer à leurs clients que leurs terres ne sont pas à proximité de l’ISDND. Pas d’impact économique ?

Pour mémoire, Le centre d’enfouissement Coved, toujours en activité sur Roussas (CJ2), est également contigu à l’APPB. Aucune étude de terrain n’a été conduite dans le cadre de l’enquête en cours, pour évaluer les effets de cette installation CJ2 ; ne serait-ce que pour extrapoler les effets du projet CJ3 sur cette même aire APPB. Ajoutons qu’une étude environnementale a été conduite mais uniquement sur l’emprise du projet … qui n’est pas APPB … Comprenne qui pourra.

janvier 23, 2020